Catégories
Uncategorized

VOTATIONS – UNE ANALYSE FÉMINISTE DES RÉSULTATS

Réactions aux résultats des votations du 27 septembre 2020.

Un NON pour le renforcement d’une solidarité internationale des travailleuses

La Coordination romande de la Grève féministe est soulagée de constater que la majorité des personnes qui se sont rendues aux urnes ce weekend ne se sont pas laissées duper par l’UDC. Ce parti a osé faire campagne sur la défense des travailleuses et des travailleurs et de l’emploi alors que son initiative attaque les maigres mesures de protection de l’emploi des accords sur la libre circulation des personnes. Si ce type d’arguments empreint de xénophobie avait fonctionné en 2014, aujourd’hui, ce n’est heureusement plus le cas. Depuis mars dernier le COVID a mis en lumière qui sont les personnes indispensables au fonctionnement de notre société: elles sont majoritairement migrantes le plus souvent des femmes qui assurent les soins dans les hôpitaux, dans les EMS, sont derrières les caisses ou encore nettoient et désinfectent nos bureaux. C’est l’économie suisse qui profite d’elles, pas l’inverse. Nos revendications et nos mobilisations n’ont cessé de mettre en avant le dumping salarial ainsi que les multiples discriminations et violences que subissent les femmes et surtout les femmes migrantes sur leur lieu de travail. La faute doit changer de camp! C’est d’abord un marché du travail libéralisé qui nous fragilise toutes et tous!

Par conséquent, le NON à cette initiative anti-salariée et xénophobe doit aussi être interprété comme une volonté de renforcement de la solidarité entre nous toutes! Une solidarité sans frontière et sans limites! En tant que mouvement international, la grève féministe appel à lutter ensemble pour les droits de l’ensemble des salarié·e·s et pas seulement pour les ressortissants·e·s de l’UE.

Le congé paternité: ce n’est qu’un début

Il était temps que la Suisse franchisse le pas du congé paternité. Cela fait longtemps que la population l’attendait, comme le prouve la difficile campagne de récolte de signatures pour le référendum en automne dernier et le résultat sans appel de ce dimanche surtout dans les cantons romands. La société aspire à davantage d’égalité au sein des couples parentaux. L’acceptation de ces deux semaines de congé paternité constitue une victoire symbolique certes importante, mais elles sont encore bien loin de ce qui permettrait de réellement partager le travail domestique, de soin et d’éducation de même que la charge mentale qui l’accompagne! Il faudra franchir un pas de plus, soit celui de l’instauration d’un véritable congé parental pour initier un véritable changement des conditions de travail des femmes, au sein des couples et plus largement des mentalités! Il faut en finir avec la logique qui exige de la femme qu’elle abandonne son activité rémunérée, dévalorisant son travail et la place qu’elle occupe dans la société, et nuisant à ses conditions de retraite!

Après le 27 septembre, on ne lâche rien! Pour nous, ce n’est qu’un début: le congé maternité est trop court, le congé parental n’existe pas, les parents adoptifs et/ou du même sexe ne sont pas reconnus. Ce résultat nous appelle à poursuivre la lutte pour un véritable congé parental pour tous les parents et toutes les formes de familles!

Les cadeaux fiscaux pour les familles riches ne passent pas!

La Coordination romande de la grève féministe se réjouit du refus des déductions fiscales pour les familles riches. Ce projet était un mirage et ne profitait qu’aux familles les plus aisées, tout en favorisant le modèle traditionnel du couple marié avec un seul (gros) revenu. Finalement le mirage n’a pas fonctionné et la majorité des personnes qui ont voté ont bien compris qu’il s’agissait d’une arnaque fiscale. Seuls 6% des ménages auraient profité de cette baisse fiscale. La Confédération aurait perdu 380 millions de francs. Maintenant que cet argent reste dans les caisses de la Confédération, il faut l’investir dans des projets de renforcer la prise en charge collective des enfants: créer davantage de places dans les crèches, les garderies et l’accueil parascolaire, réduire les tarifs à la charge des parents, en particulier des familles à revenu modeste à moyen, et améliorer les conditions de travail d’un personnel quasi entièrement féminin. Avec la mise en place d’un véritable congé parental et la réduction du temps de travail, le développement de l’accueil extra familial des enfants, est une mesure essentielle pour créer les conditions-cadres de l’égalité entre les genres.

Indécent: de l’argent pour des avions de combat

Ce n’est qu’à une très courte majorité que l’enveloppe de 6 milliards pour des avions de combat est acceptée. Ce résultat est un regret, car en plus de constituer une dépense inutile et même écologiquement nuisible, il y a aujourd’hui d’autres priorités qui ne constituent pas des menaces, mais des réalités auxquelles sont confrontés les plus précaires de notre société qui sont majoritairement des femmes. Les dépenses ne doivent pas être faites dans l’armement, mais dans le secteur de la santé et de l’éducation ou encore contre les violences sexistes! Parce que nous voulons vivre dans une société solidaire et que nous sommes en lutte avec les femmes du monde entier nous déplorons ce résultat qui plébiscite la poursuite des missions de l’institution destructrice et patriarcale qu’est l’armée suisse.

Loi sur la chasse : mieux protéger la biodiversité

La Coordination romande de la grève féministe se réjouit du résultat qui rejette la modification de la Loi sur la chasse. Celle que le Conseil fédéral qualifiait de «bon compromis» n’a pas satisfait les citoyennes et les citoyens qui par ce refus donnent un signal: les animaux sauvages doivent être mieux protégés et les compétences quant à la régulation des prédateurs ne doivent pas être déléguées aux cantons. Face au déclin de la biodiversité, la protection de la nature doit être renforcée et le Parlement devra prendre les aspirations du peuple au sérieux lorsqu’il s’agira de proposer une nouvelle révision.